Extrait du Livre Rouge du psychanalyste Carl Gustav Jung

– « Capitaine, le matelot est inquiet, très agité par la quarantaine qu’ils nous ont imposés au port. Vous pouvez lui parler ? »

–  » Qu’est-ce qui vous tracasse ? Vous n’avez pas assez de nourriture ? Ne dormez-vous pas assez ? »

– « Ce n’est pas ça, capitaine, je ne supporte pas de ne pas pouvoir descendre au sol, de ne pas pouvoir embrasser mes proches ».

– « Et s’ils vous faisaient descendre et que vous étiez contagieux, vous supporteriez la faute d’infecter quelqu’un qui ne peut pas supporter la maladie ? »

–  » Je ne me le pardonnerais jamais, même s’ils ont inventé cette peste ! »

–  » Peut-être, mais si ce n’est pas le cas ? »

– « J ‘ ai compris ce que vous voulez dire, mais je me sens privé de la liberté, capitaine, ils m’ ont privé de quelque chose ».

–  » Et de quoi avez-vous été privé ? »

–  » J’aurais dû attendre plus de vingt jours sur le bateau. Ça fait des mois que j’attends de d’entrer au port et de profiter d’un peu de printemps au sol. »

–  » Je connais, moi aussi j’ai vécu cela. Il y a eu une épidémie. Port April nous a interdit de descendre. Les premiers jours ont été durs. Je me sentais comme vous. Puis j’ai commencé à répondre à ces impositions en n’utilisant pas la logique. Je savais qu’après quelques jours de comportement, on crée une habitude, et au lieu de me plaindre et d’en créer des terribles, j’ai commencé à agir différemment des autres. J ‘ ai commencé avec la nourriture. Je me suis mis à manger la moitié de ce que je mangeais normalement, puis j’ai commencé à sélectionner des aliments plus facilement digérables qui ne surcharge pas mon corps. L ‘ étape suivante fut de combiner cela une épuration de pensées malsaines, d’en avoir de plus en plus élevées et nobles. Je me suis mis à lire au moins une page par jour d’un livre sur un sujet que je ne connaissais pas. J ‘ ai décidé de faire des exercices physiques sur le pont à l’aube. Un vieil Indien m’a dit, des années plus tôt, que le corps se renforçait en retenant sa respiration. J ‘ ai décidé de faire de profondes respirations chaque matin. Je pense que mes poumons n’ont jamais atteint une telle force. Le soir, c’était l’heure des prières, l’heure de remercier. Toujours l’Indien m’a conseillé, des années plus tôt, de prendre l’habitude d’imaginer de la lumière entrer à l’intérieur et de me rendre plus fort. Au lieu de penser à tout ce que je ne pouvais pas faire, j’ai pensé à ce que je ferais une fois descendu. Je voyais les scènes tous les jours, je les vivais intensément et je profitais de l’attente. Tout ce que vous pouvez avoir tout de suite n’est jamais intéressant. L ‘ attente sert à sublimer le désir, à le rendre plus puissant. Je me suis privé d’aliments succulents, beaucoup de bouteilles de rhum, de jurons et de jurons à énumérer devant le reste de l’équipage. Je m’étais privé de jouer aux cartes, de dormir beaucoup, de me faire plaisir, de ne penser qu’à ce qu’ils me privaient « .

–  » Comment ça s’est terminé, capitaine ? »

–  » J ‘ ai pris toutes ces nouvelles habitudes, mon garçon. Ils m’ont fait descendre après bien plus de temps que prévu « .

–  » Ils vous ont aussi privé du printemps ? »

– « Oui, cette année-là, ils m’ ont privé du printemps, et de bien d’autres choses, mais j’ étais fleuri quand même, j’ avais apporté le printemps à l’ intérieur, et personne ne pouvait plus me le voler ».

dav

Lu 307 fois

Téléchargez l'article au format