Auteur : <span class="vcard">solucide</span>

confinenfance

Petite, lorsque je m’ennuyais, ma mère me conseillait de me taper le cucul par terre. « ça f’ra des étincelles ! ». Aujourd’hui, j’ai la même sensation. Je suis une enfant qui s’ennuie comme tous les autres enfants gâtés qui ont jusqu’ici échappé à la maladie. Et face à nous : les adultes, les grands,…


Chapitre 2: Muss es sein?

Le sommeil de cette nuit nermagique rythmée de ronflements syncopés de mon voisin conféra à mes rêves des rendus dyslexiques. Il avait entraîné dans sa chute le  jeu d’une douzaine de bouteilles heurtant le mur qui nous séparait et la dernière n’en finissait pas de rouler encore et encore dans mon  rêve inachevé.  Le flacon…


RC 55/ C’EST ASSEZ BIEN D’ETRE FOU

Depuis que Mister Child lui avait narré l’histoire abracadabrantesque de Marina, Marnie n’avait pas quitté la chambre close en pensant, bien naïvement sans doute, y trouver la clé de l’énigme de Lana Green (qui s’était mariée entre temps, mais c’est une autre histoire). Elle avait tâté chaque pan de mur, à la recherche d’une brique…


RC 45/ Dans le confessionnal

Du confessionnal où, confortablement installé, il se relevait d’une sieste, Paul ne fût pas surpris outre mesure de voir dans ce lieu silencieux l’endroit idéal pour une conversation aboutie avec mister Child. Il jugeait même la circonstance parfaite et il s’amusa quelques minutes, sans quitter sa place stratégique, à observer le jeune  homme céder non…


RC 40/ Mon oncle d’Amérique

Au loin, l’indien ne sourit plus. Le scénario lui échappe ; peut-être a-t-il eu tort d’accorder une confiance aveugle aux comédiens qu’il a pourtant choisis. Il a troqué son costume d’apparat contre une chemise écarlate barrée d’une cravate noire.  Les herbes folles immaculées de sa crinière intacte et les Ray-Ban  noires masquant ses yeux rieurs marquent…


RC 37/ India Song

  Lorsque Marnie reprit ses esprits, elle commença par chercher ses cigarettes qu’elle ne trouva pas à portée de main car sa chambre ne disposait pas de table de chevet, ni de rien d’autre si ce n’était le matelas étroit posé à même le sol. Elle mit un peu de temps avant de convenir qu’elle…


RC34/ Mais que sont ces sonnets qui sifflent sur sa tête ?

La nuit de Détroit était glaciale ce soir-là et Hank ravitaillait régulièrement l’antique poêle à charbon trônant à côté du bureau encombré du shérif. Ses allées et venues agrémentées de violents courants d’air rappelaient à Marnie les préparatifs d’une veillée. Les crépitements du poêle, le pas lourd du shérif, l’air vivifiant chassant régulièrement les relents…


RC Chap. 27/ 3 mètres carré

Dix jours de réclusion avaient forcé Marnie à quelques concessions en même temps que ses préjugés sur la liberté commençaient de tomber, un par un. Elle tentait de se sortir de cet imbroglio par une rationalisation lui ouvrant les fenêtres lui faisant tant défaut. Kaputch semblait apprivoiser la ville en élaborant un itinéraire passant par…


Roman chorale 21: Nos funérailles

  Il n’y avait pas foule au Mount Elliott Cemetery ce jour là et le petit cercle formé autour du trou creusé pour accueillir le cercueil en pin premier prix gisant sur le côté, n’était composé que de parfaits étrangers. A part Marnie bien sûr mais n’était-elle pas la première parmi ces inconnus ? Faire sa…


roman chorale 14 : Chambre avec vue

  De détours en apartés étroits, le sommeil lourd et les rêves en cauchemars détournés, Kaputch ronronnait à mon oreille des propos insensés. J’espère que tu es contente de toi, Détroit s’avère un phantasme volubile  et les délires délient les liens que chacun dans son coin s’amuse à tricoter pour mon plus grand plaisir : je…