Au domicile, mes cils extranucléaires
chassent les gouttes, creusent la chair
J’avale un crapaud, j’écris grosso modo
étouffe le cri d’ton silence radio

Au domicile, mes cils extranucléaires
le khôl d’la triche pour les rombières
Mascarad’moi la tête sur le billot
du rubicond coul’ront encore des joyaux
J’écume, j’en ai plein les doigts
combien j’te dois ?
J’ revois le film une nouvelle fois
je gage qu’une anamorphose
S’est inscrite trop vite

Pour qu’j’comprenne la suite
Et si tu piges pas, c’est idem ou pas

Je suis loin, trop loin de ton alibi
et toi t’es sourd à mon hallali.
Me réveiller un jour à la bonne heure
Ou m’coller un code-barres….
M’en fous l’amor sur un champ de foire

J’écume, j’en ai plein les doigts
combien j’te dois ?
J’ revois le film une nouvelle fois
je gage qu’une anamorphose
S’est inscrite trop vite

Pour qu’j’comprenne la suite
Et si tu piges pas, c’est idem ou pas

dans mon capharnaüm rien de pérenne
Reste l’arôme qu’on sent sous les tunnels
je roule ma bosse dans le même cloître
Sous le regard de gens qui s’en foutent

s’en foutent, foute

J’écume, j’en ai plein les doigts

J’écume, j’écume, j’écume

J’écume, j’en ai plein les doigts

 

Lu 123 fois

Téléchargez l'article au format