livres-a-telecharger

La poésie, dans l’ombre, je la suivais. Du Westin Book Cadillac, je vis Ellington et Tommy  rejoindre Slumpy. Le trio s’engouffra dans une limousine royale Packard 1915.  Que faisaient deux jeunes préadolescents dans cette limousine avec un riche banquier ?

Le moteur de la Packard tournait au son du jazz. Le luxueux carrosse aux couleurs du clavier d’un piano mit fin à sa course devant le Théâtre des artistes unis.  Jelly Roll Morton, vêtu d’un smoking rétro, les attendait. Tommy et Duke descendirent de la voiture. Jelly leur fila une taloche.   « Hey William ! Tes gosses sont en retard. La musique aussi c’est de l’argent. J’ajoute une heure au cours. »  Livingstone lui lança un regard moqueur en ajoutant, « Contente-toi de leur apprendre ton art. Je te paie largement ton talent. Black, n’abuse pas de mes bontés. Je passe les prendre à six heures. C’est quoi cette pipe et ce tabac étouffant que tu fumes ? Ça me fout le cafard cette odeur. On dirait que tu brules mes billets de banque. »

Et le mécène quitta les lieux pour jeter un dernier coup d’œil sur le Detroit Evening Journal avant qu’il passe sous les presses de l’imprimerie.  Après, il rejoignit Madame Livingstone à leur somptueuse demeure dessinée par le célèbre architecte Albert Kahn aux lignes rappelant l’époque de  la renaissance française qui aujourd’hui n’est que décadence.

Le cliquetis des fines porcelaines anglaises résonnait dans l’air du salon quand Maï’ette, servante française venue de la Martinique, vint avertir le maître de maison que le chef des policiers du Highland Park réclamait un entretien urgent avec Monsieur William.

Je ne savais plus où me tourner. Je voyais, j’entendais tout, mais je n’étais rien d’autre que mon fantôme qui chassait des indices sur les pas de l’histoire. Qu’on m’apporte mon héroïne avant que l’heure et les leurres s’enfuient avec Paul sur son vélo. Moi, sous le blues de mon piano je laissais courir le son ivre du récit.

Je me réfugiai dans le cercle imbherbe devant l’imposant manoir. Je m’y cachai si facilement, à la manière des fantômes, une plume à la main, je traçais des lignes de poudre aux yeux.

Lu 151 fois

Téléchargez l'article au format