26 octobre 2021

5 thoughts on “D’écueils en labyrinthes…

  1. « … Il n’est encore que de savoir s’orienter dans le dédale. Le délire d’interprétation ne commence qu’où l’homme mal préparé prend peur dans cette forêt d’indices. »
    André Breton

  2. Un labyrinthe, c’est un délit d’Attali, une parole de Breton, une trace d’Aragon… C’est une page de Lautréamont,
    une structure acide qui s’étend à l’amour… C’est l’espoir du vent qui nous emporte, l’irrationnel qui s’emmure, le monde organique provisoire, la permanence d’incertitudes lointaines, un puzzle rassemblé…
    Un labyrinthe, c’est un puzzle rassemblé; l’aboutissement à voies multiples d’un long travail grave et ludique de tentatives d’assemblements. Et quand enfin tout est rassemblé, il faut encore s’orienter dans le dédale, se perdre aux confins des cimes et des abîmes, des horizons et des impasses… Un labyrinthe, c’est le manteau froid d’un Minotaure et le lange bouillonnant pour une errance… °°’

  3. « Je me rapproche de deux pas, elle s’éloigne de deux pas. Je chemine à dix pas de l’horizon et l’horizon s’enfuit dix pas plus loin. Pour autant que je chemine, jamais je ne l’atteindrai. A quoi sert l’utopie ? Elle sert à cela : cheminer. » Eduardo Galeano

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.