20 octobre 2021

12 thoughts on “LABYRINTHE(S)

  1. tout le mérite de cet excellent recueil revient à notre cher Tof’; d’ores et déjà songeons au futur taf’ … si l’un d’entre vous a une idée qu’il souhaiterait que les auteurs développent selon leur sensibilité, faites vous connaître….
    J’ai pris grand plaisir à découvrir des textes si personnels venant d’auteurs que je ne connaissais pas mais aussi suivre la trajectoire plus intime de ceux que je croyais connaître…. big up à vous tous!

  2. Comme cela vous tenait à cœur,vous avez triomphé des hackers, l’amour a triomphé de la haine et la réussite à récompensé votre peine…
    Merci et bravo à la technique

  3. Fait pas bon être du côté des infidèles… mais j’ai pas suivi ce coup là… je lirai pour voir qui s’enfile Ariane ! amitiés lointaines

  4. J’ai du mal à me retrouver dans ce labyrinthe de ce site ce qui explique la pauvreté de ma présence, mais j’y arriverai même si je ne suis pas très doué dans les manips, j’ai hâte de me promener ici à mon aise.

  5. Post-contribution de notre amie Claire, Marie Louve:

    Nulle part sur ce pont labyrinthe

    Merde ! C’est encore bloqué ! Qu’est-ce que je fous ici à chaque jour depuis que je suis née par nécessité ?

    J’étais derrière le volant de ma bulle, ma Deuch, au beau milieu de n’importe quoi comme vous tous au quotidien. Le hasard qu’on dit. Une poussière d’étoile tombée sous la pulsion du besoin. Une envie d’urgence incontrôlable. Pas la mienne. Ne me baratinez pas avec vos idées de grandeur. La seule grandeur réelle c’est le temps si la nature tient le coup. Ma bulle ronronne, Son moteur tourne, mais elle ne bouge pas d’un iota ni grec ni français sur ce pont suspendu entre ciel et mer à terre.

    Où est-ce que j’allais déjà ? Mon IPod touch collé aux oreilles me défonce au rythme d’un hit parade, Love The Way You Lie. Je reste là. Je me consume dans cette chaleur incandescente sur l’asphalte goudronné en vacances au temps des canicules. Je pense. Y’avait ce tunnel de lumière pas mauvais ni bon et puis ce con bourré comme si y’allait au combat d’amour et de haine m’a dépassée maladroit. Sa caisse à tombeau ouvert, filait droit devant.

    Love The Way You Lie, elle me chante la vie. Faut dire que la nature humaine ne tient pas toujours la route. J’avance cette idée sans savoir si elle a un sens. Vous imaginez ? Même un cancre a de la chance avec des idées. Suffit qu’ ’il se pense la grosse tête de la place pour paraître et ne pas être.

    Ici-bas, dans ce grand lit, là, celui de la Terre ouverte d’où nous sommes tous issus, y’a lit et ratures pour ceux qu’on a voulu annuler comme des fautes. Je ne rigole pas. Je croule sous les « faut que, les faux pas ». Je suis toujours ailleurs des autres. Eux, ils ne le savent pas. Ils me pensent comme ça. Je ne suis pas ça.

    Aucune importance. Je suis le battement de mon cœur au milieu de nulle part. Je suis bloquée. J’ai la mine aux torts et aux travers. Je trace des signes. Je dépasse les lignes. J’efface des ombres. J’enterre mes silences. Je cloue des mots dessus ou dessous et je me signe sans croix.

    Aucune importance. Une poussière d’étoile dans le temps attend sur ce pont que la lumière disparaisse. Le temps qu’il faut. Des bulles dans l’espace troué. Passe, impasse…Ça bloque !

    Marie Louve

  6. Salut Tof’, si tu es ok, tu as maintenant le statut d’Editeur, cad tout pouvoir sur l’édition et la suppression de tous les articles et commentaires (y compris bien sur les tiens). 🙂

    Welcome !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.