25 septembre 2021

4 thoughts on “Bref itinéraire ordinaire d’un enfant de novembre qui rêvait d’être un sylviculteur…

  1. Quel cadeau tu nous fais! j'en suis émue, vraiment et je t'embrasse, même si c'est en retard, après tout nous sommes toujours en novembre…

    Pourquoi émue, et pourquoi ne pas cacher une émotion si intime? parce que je trouve balèze de se regarder un instant par le petit bout de la lorgnette, d'imaginer même si c'est pour les rayer ensuite, tout un champ de possibles , et le tout dans un sincérité qui se fait rare; cela n'a rien à voir avec du narcissisme pourtant, c'est peut-être même tout le contraire, c'est juste hyper touchant, ça me touche, ce n'est pas un texte jeté mais pensé, mûri, simple et clair, donc quasi parfait. Et puis touchée aussi, pourquoi le taire? de lire ce texte ici, alors je dis merci Tof' et longue vie à toi, tes écrits, tes labyrinthes dans lesquels on adore faire semblant de se perdre, ta légèreté et ta délicatesse….

  2. Ton histoire m'a beaucoup ému… Il y a beaucoup de non-dits dans les histoires intimes,et c'est bien de se lâcher comme tu le fais, ce que d'autres, comme moi, ne font pas, parce que les cicatrices sont encore fraîches.

  3. C’est en effeuillant la marguerite que l’on peut voir la beauté de son coeur. Se mettre à nu dans l’intérieur de soi demande beaucoup d’humilité. À 30 ans, on est adulte et tout se met en branle pour le futur. On construit sa vie. Ce qui est dommage, c’est que plusieurs perdent leur coeur d’enfant et font des folies qui ne les font pas rire. Tu es beau, Tof, enfant de novembre, dans ce que je vois de toi à l’intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.