RAY CAESAR - LOLITA

Sortis d’un tableau surréaliste, chapardé au célèbre musée DIA, ces personnages ne pouvaient échapper au décor lamentable des lieux devenus une jungle humaine. Le regard vide, tout autour, des zombies allaient nulle part en se pressant devant les autres pour arriver les premiers.

Sur le dime, Bad Daddy stoppa sa Daisy Litre. Une Lolita digne de Lady Gaga se laissa choir sur le trottoir de la University Drive  de Rochester Hills, berceau natal de la célèbre Madonna. Pour remercier son cavalier, d’un clin d’oeil, elle lui laissa entrevoir son 07 niché au creux de ses seins dodus. Le motard sourit de toutes ses dents déjà passées au blanc phosphorescent. Sa moto fit vrombir son moteur en guise d’appréciation. Une marguerite piquée sur son flanc,   Daisy ronronnait pendant que Bad Daddy ajustait les dentelles de son chemisier. Son pantacourt effiloché au dessous du genou gauche,  affichait un tatou nébuleux : une tête de violon des bois qu’il caressa du bout de ses doigts.  Il abaissa sa visière et reprit la route.
Du haut de ma tour, je ne pouvais qu’assister aux événements sans pouvoir d’intervention. Depuis la mort de mon frère Pawata, moi, le grand chaman de mon peuple, j’errais sur nos terres ancestrales. Tel Jonathan Livingstone , je voyageais à ma quête en semant le bon grain dans l’esprit des humains qui allaient bon train vers l’apocalypse. Je ne quittai pas des yeux ma Lolita, filiale de mon arbre généalogique, fille bien-aimée de Biche Ardente, qui servait la juste cause de la survivance planétaire.
Hier, cachée à l’ombre des cyprès, Lolita avait surpris  Slévich médusé devant des vers au milieu du cercle imberbe. D’une main tremblante, il nourrissait les vers avec des granules non identifiées, GNI.
Étonnée, n’y voyant que dalle, Lolita sortit son arsenal, celui qui la servait le mieux au jeu de séduction pour aborder son maître toujours pareillement kimonoté de soie rouge piquée d’or. Tentant lui tirer subtilement les vers du nez, Slévich, demeura muet comme une carpe. Puis, il craqua. La voix chevrotante, il révéla sa découverte à sa jeune stagiaire, née sous le signe du verseau.
Norman Bates contrôlait un empire de graines génétiquement modifiées, nommé Opération Pop Corn. Depuis plusieurs années sa fortune grossissait à vue d’oeil. Son comptable et complice, Dan Spencer le soutenait dans toutes ses transactions effectuées avec d’infâmes agents secrets à la solde de Suing Wang, un vrai Chinois de Chine.
Tous savent que la Chine veut le contrôle du blé d’Inde, mais seuls les USA gardaient jalousement le secret de ces graines achetées ? Mosustôt.  Slévich avait découvert le pot aux roses, quand d’aventure, il s’était attardé à observer le cercle imbherbe qui  grouillait de vers aussi longs que des alexandrins mesurables au kilomètre près. Comment fut-ce possible ? Débobiner de tels vers dans un si petit cercle. Grâce à son précieux flair, le nez de Slévich tomba pile sur la face du mannequin que  Norman Bates cachait dans sa chambre. Dans les poches du tablier que portait le mannequin de paille, il découvrit plusieurs sacs de papier de riz qui contenaient 880 petites enveloppes  identifiées avec des codes point barre, remplies de graines de concombre ou quoi d’autres encore ? Des armes de destructions massives pour transformer Détroit en un immense ranch ? Bates avec des fermes multi-légumineuses. L’auto destruction à rebours, le tic tac régulait le temps. Cette découverte n’était que la pointe du iceberg de ces vautours.
Slévich ne pouvait se résoudre à laisser dégénérer des vers d’une telle ampleur. Au temple de sa conscience cosmique, il ne pouvait accepter qu’on torture ainsi les carottes, les pieds de céleri et les épis de maïs et tutti quanti.
C’est ainsi qu’il fut convenu de tendre un piège au dangereux Norman Bates qui par surcroit, était un dépravé sexuel aux moeurs excentriques voire d’un sadisme digne des Satan Choice.
Sur University Drive, le Royal Park Hotel attendait Mr. Norman Bates.
Lolita traversa le hall d’entrée et demanda qu’on informe Mr. Norman Bates de son arrivée.

 

Lu 280 fois

Téléchargez l'article au format