Et fume la moquette (à Solucide)

Les oiseaux nagent gaiement

Dans un océan de neige chaude

Regarde ce bitume verdoyant

Où fleurissent des lacs émeraudes

 

Vois ce magnifique scolopendre

Somnanbuler le fil de ma raison

Poètes, allez tous vous faire pendre

Avec vos métaphores de quat’saisons.

 

Oubliez vos jolis ciels azurés

La blanche cyprine doucement coulée

Onctueuses et douces voluptés

Je vomis cette soupe mal digérée.

Lu 75 fois

Téléchargez l'article au format

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.