TU TE TENDS

Tu te tends !

 

Tu te tends comme un jonc sous la brise, tu vibres aux cordes du silence ; et tu palpites, luciole impudique livrée à la solitude des corps déchus. Tu creuses tes reins sous le joug de l’inconscience : tu es presque morte, ensevelie dans l’absence. L’ombre aveugle s’étend  et creuse ta tombe.

 

Tu te tends autant qu’un refus aux desseins de la destinée inhumaine : au comble de l’absolu l’esprit se fond au minéral et tu sais cette mort possible. Brève est l’éternité qui circonvient le plaisir érodé sur sa couche de silice.

 

Tu te tends et le vent soulève une dune. La vie n’est rien quand  bien même elle se  gonfle d’importance si ce n’est un instant de pure folie créant une pluie d’or. Ne sens-tu pas la chaleur quitter peu à peu nos caresses : la nuit vient. Respire !

 

Tu te tends comme un corps se déchire en lambeaux  de chair, comme une âme supplie l’amour. L’amour, oui, le grand amour, dis à quoi ça ressemble sans la jouissance première dont le souvenir s’inscrit sur les stèles ruisselantes. On t’aimera toujours, ont-ils écrit. Qu’en penses- tu ma muse ?

 

Tu te tends, vibrant dans mes pensées, comme un jonc sous la brise dont la  pointe d’ébène traverse l’astre sanglant aux confins lac embrasé.

 

Tu te tends, et mes baisers rencontrent tes lèvres glacées. Tu me manques déjà.

 

Pierre WATTEBLED – le 23 mai 2012.

Lu 161 fois

Téléchargez l'article au format

One thought on “TU TE TENDS

  1. Ce texte correspond à la première partie d’un roman. Il y en aura trois déjà écrites que je publierai prochainement.

    Pierre WATTEBLED

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.