26 septembre 2021

9 thoughts on “RC 46 : Tuer, c’est pas beau…

  1. Bonne Mère ! Short-Leg parle de ses valeurs, de son patelin français à travers les ondes. Ah Peuchère ! Ça montre bien qu’il s’intéresse à cette histoire, de près ou de loin et de longtemps. Bravo Aganticus ! Mais attention au langage. Il ne faut pas dire des mots sacrés aux US. Ils ne comprennent rien du français. 🙂 et ils pourraient les prendre pour des offenses. Béa-criss.

  2. Short-leg ? Courtecuisse, peut-être, alors ? Je ne sais pas la signification des deux mots réunis ! Mais j’aime bien le flegme et l’humour discret du shérif Hank, voilà qui rassure dans l’ambiance trouble et pleine de soupçons qui règne ! Qui rassure, mais peut-être à tort ! Il reste bien sybillin, Hank … Pourtant, on a l’impression d’avancer :))) !

  3. J’en appelle à Jambe-de-Grillon, à ses bonnes ondes dont auraient besoin le confesseur et le confessé en cette heure si critique… Enfin, akataguise !
    Pawata et sa descendance tendent à dépasser les limites du cadre romanesque en s’insinuant dans le réel et s’adressant à l’inconscient collectif et individuel, mettant sur mon chemin un totem voilé de brume, avant que je ne prenne une photo quasi-semblable à celle qui illustre ce chapitre… *,* ‘

    1. Le réel ? On en discute depuis des siècles…
      Patience et longueur de strophes amèneront la lumière puisqu’on exhorte les plumitifs à prendre leur temps.

  4. Bonne Mère ou Joual-vert, on se croirait dans un célèbre Lelouch mettant en vedette  » Les Uns les Autres  » sur des lignes de temps aux espaces troués faisant flèche de tout bois. Le Chaman est tabou. Son silence murmure. Le vent en emporte au temps. J’entends les mots sur des lignes blanches entre les branches d’Agataki juché sur Jambe-de-Grillon. Chacun son cinéma dans ce roman de gare « à vous » chez les Bates. Si c,était à refaire, Smic, Smac, Smoc, la belle histoire nous referons pour USA en vrac à Détroit.
    J’aime toujours les rires couchés sur les lignes lancées par l’ami Aganticus. Encore, encore ! And now…ladies and gentlemen, au suivant. Re-bis..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.