26 octobre 2021

10 thoughts on “Roman chorale 4

  1. Dans ce beau château branlant, nous referons vivre les fantômes. Heureuse de te retrouver dans ce train qui roule entre les espaces perdus. Ne faut pas oublier la précieuse ford intérieure de l’ami aganticus.

  2. Merci, Marie Louve, de t’être donné la peine de poser un commentaire ! Merci aussi à David, que j’ai eu le temps d’apercevoir avant de m’absenter alors que je cafouillais complètement et que j’avais fait disparaître mon texte de la page,du moins aux yeux des éventuels lecteurs. Bah, plus de flou sur mon identité en tout cas, me voici sous mon patronyme, au fond c’est mieux comme cela, j’en ai plutôt ras le bol de ne pas toujours savoir qui se cache derrière les pseudos, le fait de me connecter par facebook est responsable de ce changement (et sans doute à l’origine du cafouillage aussi).
    Ma ford intérieure, pour ce bout d’essai, n’a pas été traversée d’éclair de génie, tant pis ! J’aurais été très inspirée par les photos que vous avez pris, toi et Michel, ne connaissant pas les US ni Détroit, mais je ne m’estimais pas le droit de broder là-dessus, j’espère bien que tu t’en chargeras.

  3. Oups, Marie Louve, qu’est-ce j’ai écrit dans ce commentaire ? Mais de quoi je me mêle ? Tu écriras comme et sur ce que tu voudras, évidemment ! Pardon, je me fustige, avec le fouet de Slévich !

  4. Bonsoir, Bakalostchild 😉 ! Merci pour tes encouragements. Mais pendant que je visiterai, ici et … à Détroit, j’espère bien que « on » ajoutera des chapitres et que le nombre de participants s’agrandira.

  5. beau portrait en creux d’une auteure se révélant impressionniste, par petites touches qu’elle dilue ensuite pour en faire un pastel. Se jeter à l’eau où flottent quelques débris n’est pas simple; au prochain auteur de nous donner à lire, à voir et à sentir… j’ai hâte.

  6. Voilà, retard rattrapé 🙂 En espérant que la « douce chaumière des écrivaillons » ne finisse pas comme la maison des orphelins Baudelaire, ci-haut illustrée; ¨-¨

  7. Pace è salute à vous, Sophie et Slévich, et à tous ! Hé hé, merci Sophie, ton comm qui me transforme en peintre, impressionniste en plus, me fait bien plaisir ! Si la « douce chaumière » tombe dans le ravin, Slévich, ben nous nous échapperons à temps, comme les dits orphelins, et nous rebondirons ! Moi aussi, j’ai hâte d’en lire plus !

  8. Toi aussi tu t’es mise à proposer tous ces chemins de folles sagesses qui attirent irrésistiblement vers l’envie de dépoussiérer son clavier.
    L’auteure étant à la hauteur, les futurs textes devront y être itou.
    Il me va falloir rebondir avec vous dans ce coin du monde où les amortisseurs ont joués un rôle d’égérie pour le ford des halls.
    Le sieur Cadillac devra se remuer dans sa tombe lorsque les enfants de LAT en auront fini avec lui.
    J’enclenche la machine à produire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.